Comment Mimic agit-il après avoir été pulvérisé?

Tout d’abord, Mimic (tébufénozide) est mélangé à de l’eau. Le mélange est ensuite épandu par voie aérienne à un taux de 1 à 2 litres par hectare. La proportion de Mimic dans ce mélange est fixée à 290 ml par hectare, ce qui est moins qu’une canette de boisson gazeuse. Les buses sur l’aéronef pulvérisent le liquide en petites gouttelettes de façon à ce que les gouttes qui tombent sur le feuillage soient assez petites pour être mangées par la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Les zones de recherche désignées pour Mimic nécessitent un seul traitement, alors qu’il faut généralement faire deux applications de Btk.

Comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette se trouve le plus souvent sur la couche supérieure du couvert forestier, c’est aussi le meilleur endroit où déposer les gouttelettes. Le couvert forestier agissant comme un filtre, la quantité de gouttelettes qui atteignent le sol est très petite. Des recherches menées par le Service canadien des forêts montrent que 90 à 95 % du mélange pulvérisé se dépose sur le couvert forestier (Kreutzweiser et Nicholson, 2007). La partie qui atteint le sol reste dans les débris de feuilles et la couche supérieure du sol (5 cm ou 2 po) et n’est pas lessivée. Avec le temps, le produit est décomposé par les microbes du sol, la lumière du soleil et l’humidité (Sundaram, 1997; Thompson et Kreutzweiser, 2007). La recherche montre également que du Mimic qui atteint le sol, le cas échéant, ne pose pas de danger pour les invertébrés du sol (Addison, 1996).

Les larves de la tordeuse mangent le Mimic qui se dépose sur les pousses et les aiguilles d’épinette et de sapin. Elles cessent alors de se nourrir presque immédiatement et meurent en un jour ou deux. Le Mimic qui se dépose sur le couvert forestier résiste assez bien au délavage par la pluie (Sundaram, 1995).

Les plans d’eau sont repérés sur les cartes et exclus de toutes les zones de traitement durant l’étape de la planification : aucun plan d’eau visible n’est ciblé. Selon les recherches menées par le Service canadien des forêts, si Mimic atteint un plan d’eau, il n’y a pas d’impact visible sur l’environnement. Les scientifiques qui ont étudié les effets du tébufénozide sur les invertébrés aquatiques ont constaté qu’il n’y avait pas d’effet nuisible important sur la plupart des organismes à des concentrations attendues après une opération d’épandage aérien, et ce même si le plan d’eau est pulvérisé intentionnellement (Kreutzweiser et Nicholson, 2007; Kreutzweiser et coll. 1994, 1998).

Selon l’étude la plus récente sur le tébufénozide, aucun effet néfaste sur les oiseaux, les mammifères ou les espèces aquatiques n’est susceptible de se produire à la suite d’une exposition au tébufénozide (Département d’Agriculture des États-Unis, 2012).

Références :

Addison, J.A. 1996. Safety testing of tebufenozide, a new molt-inducing insecticide for effects on non-target forest soil invertebrates Ecotoxicological Environmental Safety, vol. 33, p. 55-61.

Kreutzweiser, D, et C. Nicholson, 2007. A Simple Empirical Model to Predict Forest Insecticide Ground-Level Deposition from a Compendium of Field Data. Natural Resources Canada, Sault Ste. Marie Ontario Canada P6A5M7. Dans Journal of Environmental Sciences & Health Part B, vol. 42, p. 107-113, É.-U.

Kreutzweiser, D., S. Capell, K. Wainio-Keizer et D. Eichenberg, 1994. Toxicity of new molt inducing insecticide (RH-5992) to aquatic macroinvertebrates. Ecotoxicological Environmental Safety, vol. 28, p. 14-24.

Kreutzweiser, D.P., J.M. Gunn, D.G. Thompson, H.G. Pollard et M.J. Faber, 1998. Zooplankton community responses to a novel forest insecticide, tebufenozide (RH-5992), in littoral lake enclosures. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, vol. 55, p. 639-648.

Sundaram, K.M.S. 1997. Persistence & Mobility of Tebufenozide in Forest Litter and Soil Ecosystems under Field and Laboratory Conditions. Ressources naturelles Canada, Sault Ste. Marie (Ontario) Canada P6A 5M7. Dans Pesticide Science, vol. 51, p. 115-130, Royaume-Uni.

Thompson, D. et D. Kreutzweiser, 2007. A Review of the Environmental Fate and Effects of Natural ‘Reduced Risk’ Pesticides in Canada. Dans K.D. Racke and A. Felsot (éditeurs), Crop Protection Products for Organic Agriculture: Environmental, Health, and Efficacy Assessment, ACS Books, American Chemical Society, Washington, p. 245-274.

Sundaram, K.M.S. 1995. Photostability & Rainfastness of Tebufenozide Deposits of Fir Foliage. Ressources naturelles Canada, Sault Ste. Marie (Ontario), Canada P6A 5M7. Dans American Chemical Society, 0097-6156/95/0595-034, É.-U.

US Department of Agriculture - Forest Service, 2012. Gypsy Moth Management in the United States: A Cooperative Approach. Final Supplementary Environmental Impact Statement, vol. 1, p. 11, É.-U.

Avez-vous des questions?

Nous avons dressé une liste assez complète des questions et des réponses concernant notre Partenariat, l’initiative de recherche, les traitements et les résultats. Si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez dans les catégories ci-dessous, veuillez nous adresser votre question. Nous voulons nous assurer que les gens du Nouveau-Brunswick aient accès à toute l’information relative à ce projet.

 

Si vous ne trouvez réellement pas ce que vous cherchez, faites-nous parvenir vos questions sur la tordeuse  des bourgeons de l’épinette et nous afficherons les réponses ici, ou nous vous dirons où vous pouvez trouver la réponse si elle existe déjà.